LES FAIENCES ET LA TERRE DE LANGEAIS La viticulture www.amoureuxduvieuxlangeais.fr - 2016 LA VITICULTURE A LANGEAIS : UNE ACTIVITE EN FORT DECLIN En vous promenant sur nos plateaux vous rencontrerez sans doute de petites maisons en ruines ou heureusement  restaurées. Elles se composent d’une pièce avec cheminée. Ce sont « des loges de vigne », des abris où on pouvait se réfugier en cas d’averses et manger devant la cheminée lors des travaux que nécessite la vigne : taille, relevage et  vendange. Sur nos plateaux argileux la vigne poussait bien ; elle  occupait une surface de 1198 ha sur le canton en 1858. En 1938 on comptait sur la commune plus de 250  viticulteurs dont le rendement va de 400 hl à 50 hl et on  recensait le même nombre en 1968. On cultivait le Pinot, le Groslot et un peu de Chenin qui  permettaient d’obtenir des rouges, des blancs et des  rosés. A ce jour il ne reste que 2 ou 3 petits viticulteurs. En 1902 on créa même une cave vinicole rue de Nantes  et une autre rue Rabelais. Les vins produits étaient acheminés par voie d’eau et  plus tard par les chemins de fer. Si vous visitez nos caves vous pourrez admirer des pressoirs  dont la cuve a été directement creusée dans le tuffeau. Vous remarquerez aussi de belles portes en bois qui sont un  beau travail de charpentier. Cette activité a induit de nombreux métiers. Au XIXè siècle  outre 97 vignerons, on comptait 24 tonneliers. Mais l’activité  viticole ne pouvait se passer des mérandiers (artisans qui  taillaient les planches destinées à fabriquer les tonneaux) ni  des charpentiers qui construisaient les pressoirs en bois et  encore moins des charrons et des distillateurs. Notons qu’à  Langeais l’usine Souch-Pinet fabriquait la fameuse charrue «  vigneronne » utilisée jusque dans les années 60/70. Tout le travail de ces artisans et des vignerons vous le retrouverez dans notre publication : « La Viticulture  dans la Région de Langeais et Cinq-Mars-la-Pile ». Pour vous la procurer, cliquez sur le bouton « Les  publications des AVL ».  QUE RESTE -T’IL DE TOUT CELA ? A ce jour il ne reste que 2 ou 3 petits viticulteurs et un territoire classé en AOC contraignant pour l’extension de la ville. Des caves avec leur pressoir et leurs portes ouvragées qui abritent des vins renommés, dans lesquelles les langeaisiens  ont à cœur de recevoir leurs amis pour faire la fête. Et en septembre, en vous promenant du côté des Etangs, vous pourrez voir encore des vendanges familiales. On coupe les grappes au sécateur, le hotteur récupère le contenu des paniers avant de verser la vendange dans le «foulopompe». Et quelques jours après vous dégusterez la « Bernache » avec les marrons... peut-être dans une cave ? Une loge de vigne à Langeais au lieu-dit Les Liziers Pressoir en bois Pressoir creusé dans le tuffeau d'une cave troglodytique Cépage Chenin, roi de Touraine Vin de Bourgueil produit dans le Canton de Langeais Langeais au temps où la vigne poussait sur ses coteaux Pesée d'une barrique Les outils du vigneron Vendange à Langeais